Le mot du président

Chers amis,
Lors de mon opération en 2001, alors que ne savais pas comment j’allais reparler, je me suis promis d’aider les futurs opérés à ne plus connaître cela.
Aussi, après mon adhésion à l’association des laryngectomisés et en avoir pris la présidence, les adhérents et moi même avons voulu élargir notre champ d’activité.
Nous avons pour cela créé l’association « ORL VIE NOUVELLE » en février 2007 et nous nous sommes, depuis, préoccupés du cancer ORL.
Aide, écoute et conseils aux patients et, notamment à leurs familles, qui ont un rôle très important dans le soutien psychologique.
Et n’oubliez pas que vous pouvez revivre le quotidien sans craindre le lendemain.
A bientôt, parmi nos adhérents et sympathisants.
Le président
Yves BOUDOL

Je peux vous le dire…

Publicités

Bienvenue !

Bienvenue sur le blog de l’association ORL VIE NOUVELLE !
Siège social.. : 15 rue d’Angleterre, 06000 NICE
Adresse mail : orlvienouvelle@hotmail.com
Président..: Yves BOUDOL         o6 22 65 32 86
Référent…: Alain LEHEMBRE  o6 81 25 28 56
Ce blog regroupe les informations utiles aux laryngectomisés et les aide à mieux surmonter leurs problèmes.
Notre association est constituée de bénévoles atteints du même handicap.
N’hésitez-pas à nous contacter de la manière qu’il vous plaira.
Les membres responsables.
Voir article «Comment nous joindre…»

Comment nous joindre…


ASSOCIATION ORL VIE NOUVELLE
Siège social : 15 rue d’Angleterre, 06000 NICE
Adresse mail : orlvienouvelle@hotmail.com

Président  : Yves BOUDOL              06 22 65 32 86
Référent    : Alain LEHEMBRE         06 81 25 28 56

Permanences :
Centre Antoine LACASSAGNE.
33, Avenue de Valombrose. Nice
– Le mardi, de 10h à 12h.
Voir plan d’accès

Espace des Associations.
Ex succursale Peugeot. (1er étage)
50, Boulevard Saint-Roch. Nice
– Le 1er et 3ème lundi du mois, de 14h à 16h.
Tram : Arrêt Saint Roch
Voir plan d’accès

Hôpital Pierre NOUVEAU.
13, Avenue Broussailles. Cannes
– Le 1er Jeudi de chaque mois, de 14h à 17h.
Anglophone présent sur place à la demande.

Voir plan d’accès

Dépassements d’honoraires à l’hôpital : un pas en avant, deux pas en arrière !

Dans le genre « j’y vais, je n’y vais pas », le dossier des dépassements d’honoraire à l’hôpital fait figure de référence. Autant de gloses, de commentaires catastrophistes, d’hésitations et de rétropédalage sur un dossier aussi problématique pourraient prêter à sourire s’il ne s’agissait pas de compromettre l’égalité d’accès aux soins.
La dernière loi de santé laissait présager la fin des dépassements à l’hôpital public
Pour rappel, la loi de modernisation du système de santé de janvier 2016 (article L. 6112-2 du code de la santé publique) prévoit que les établissements de santé assurant le service public hospitalier (hôpitaux publics et cliniques privées assurant des missions de service public) et les professionnels de santé qui exercent en leur sein garantissent à toute personne qui recourt à leurs services l’absence de facturation de dépassements d’honoraires.
Dès lors, il était explicitement interdit à tout médecin exerçant au sein d’un établissement de santé assurant le service public hospitalier de facturer des dépassements d’honoraires dans le cadre de son activité libérale. Interdiction confirmée par l’interprétation de nombreux juristes suite à l’avis du Conseil Constitutionnel au moment de l’adoption de la loi.
Les associations d’usagers se sont félicitées de cette avancée en faveur de l’égalité de traitement qui abolissait une aberration difficile à justifier sauf à supposer que les établissements de santé gagnent à ce que les médecins facturent des dépassements d’honoraires… Néanmoins, la loi est passée sans que les pratiques ne changent, et les dépassements ont continué leur progression dans le cadre de l’activité libérale à l’hôpital.
Une récente ordonnance vient rétablir les dépassements à l’hôpital public, mais pas dans les cliniques privées participant aux missions de service public
Nous attendions un rappel à la loi mais « Patatra ! », une ordonnance du 13 janvier 2017 est venue corriger le texte de loi pour y introduire une dérogation en faveur des praticiens statutaires à temps plein exerçant au sein des établissements publics de santé. Ce faisant, les praticiens exerçant à l’hôpital public pourront ainsi officiellement continuer de facturer des dépassements d’honoraire au sein de l’activité libérale qu’ils pratiquent dans ses murs, tandis que les médecins officiant dans les cliniques privées en charge de mission de service public ne le pourraient plus. Logique ? Non. Ubuesque. Discriminatoire. Inexplicable.
Et cette ordonnance est d’autant plus étonnante que le Gouvernement l’a prise sur le fondement d’une habilitation législative dont l’objectif est de permettre des « mesures relevant du domaine de la loi visant à assurer la cohérence des textes au regard des dispositions » de la loi de modernisation de notre système de santé. Or, en l’occurrence, cette mesure corrective est contraire à l’esprit du Législateur. Elle outrepasse le cadre strict de l’habilitation législative et elle participe de l’inintelligibilité des coûts de soins.

Décret n° 2017-121 du 31 janvier 2017 relatif à l’expérimentation permettant à des conseils territoriaux de santé d’être saisis par les usagers du système de santé de demandes de médiation en santé, de plaintes et de réclamations

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033968312&dateTexte=&categorieLien=id

« Objectif Présidentielles 2017 » : 5 thèmes de mobilisation pour améliorer l’accès aux soins et à la santé pour tous

Au-delà de la polémique suscitée par le risque de privatisation du financement de notre système de santé, sujet important mais trop caricatural et surtout rejeté sans appel par une très grande majorité de nos concitoyens, le CISS a retenu 5 problématiques qui constituent les enjeux prioritaires en matière de santé :
– Les déserts médicaux et l’impératif d’une meilleure répartition des professionnels de santé, en particulier des médecins, sur l’ensemble du territoire.
– Les restes-à-charge et les réponses à apporter aux failles identifiées dans notre système de prise en charge.
– La pertinence des soins de façon à lutter contre les soins inutiles et ainsi réorienter les ressources disponibles vers ceux nécessaires mais restant aujourd’hui non ou mal remboursés.
– Le prix des médicaments innovants pour que, dans cette même logique d’une optimisation des ressources consacrées à la santé, celles-ci puissent servir à promouvoir l’innovation thérapeutique en la finançant justement afin que son accessibilité soit assurée à tous ceux qui en ont besoin.
– La santé publique avec l’objectif de permettre que la prévention et l’éducation à la santé prennent plus de place dans le système de santé français, grâce à des politiques à même d’atteindre les populations les plus éloignées du système de santé, de façon à contribuer à la réduction des inégalités de santé et à non pas à la stigmatisation des comportements.
Interpellation des candidats et publication de leurs réponses chaque mercredi du mois de mars
Pour chacun de ces thèmes, le CISS a produit une fiche qui synthétise ses constats, propositions et précise les interrogations que cela l’amène à poser à ceux qui briguent le mandat présidentiel. Ces fiches ont été adressées ce jour à chaque candidat, et largement diffusées dans nos réseaux associatifs ainsi qu’auprès du public. Les réponses qui seront apportées par chaque candidat seront publiées tout au cours du mois de mars, chaque mercredi à raison d’une thématique par semaine, de façon à faire connaître aux électeurs les intentions des candidats vis-à-vis des défis en santé.

Une campagne relayée en ligne pour mobiliser les usagers
L’ensemble de l’opération est relayée sur http://www.66millionsdimpatients.org/presidentielles2017, ainsi que sur les réseaux sociaux avec notamment l’utilisation du hashtag #PaieTaPolitiqueSanté, pour appeler les internautes à donner de l’ampleur à notre interpellation des candidats ainsi qu’à notre volonté de sensibilisation des électeurs de façon à ce que les projets des candidats en matière de santé soient des éléments déterminants de leur vote.
Exemples de visuels illustrant la campagne Objectif Présidentielles 2017 / #PaieTaPolitiqueSanté
Contact presse :
Marc Paris – Responsable communication – Tél. : 01 40 56 94 42 / 06 18 13 66 95

Professionnels autres

ATOS Medical

brochure retour maison ATOS

Loïc MONFORT / Infirmier – Support Clinique
Tél. +33 (0) 1 49 08 01 00 / Mob. +33 (0) 6 71 70 57 38

Email : loic.monfort@atosmedical.com

Céline VIEILLARD / Responsable Régional

Tél. +33 (0) 1 49 08 01 00 / Mob. +33 (0) 6 45 06 50 29

Email  : celine.vieillard@atosmedical.com

Prescription de matériels de soins

ATTENTION.
Le décret (n° 2012-860 du 5 juillet 2012 ; entré en vigueur le 1er septembre 2012), du ministère des affaires sociales et de la santé, modifie les modalités de prescription et de délivrance des dispositifs médicaux (remboursés par le régime d’Assurance Maladie), et prestations associées inscrits sur la liste LPPR.
En application de ce décret, les fournisseurs de matériels (filtres, adhésifs, etc.), ne sont plus autorisés à livrer une quantité de produits pour une durée supérieure à 1 mois.
Toutefois la délivrance pour une durée supérieure à un mois reste possible à condition que votre prescripteur fasse figurer sur l’ordonnance la mention ci-dessous :
« 
La durée de traitement ou d’utilisation ne peut être prédéterminée.  »
Article R. 165-44 du code de la Sécurité Sociale
N’oubliez pas d’informer votre Orl, médecin généraliste ou Hospitalier habituel, de cette modification.

Centres de Lutte Contre le Cancer

Les CLCC sont des établissements de santé privés à but non lucratif participant au service public hospitalier.
Ils sont, à ce titre, financés par l’assurance maladie selon le principe du budget global et contrôlés par le Ministère de la Santé dans les mêmes conditions que les hôpitaux publics.
Ils assurent des missions de soins, de recherche et d’enseignement, avec la volonté permanente d’accroître la qualité et l’accessibilité aux soins.
Voici les 20 centres actuels classés par Région.

GRAND OUEST
(1) Angers
ICO Paul Papin
http://www.centrepaulpapin.org
(2) Nantes
ICO René Gauducheau
http://www.centregauducheau.fr
(3) Rennes
Centre Eugène Marquis
http://www.centre-eugene-marquis.fr

GRAND SUD-OUEST
(4) Bordeaux
Institut Bergonié
http://www.bergonie.org
(5) Montpellier
Centre Val d’Aurelle Paul Lamarque
http://www.valdaurelle.fr
(6) Toulouse
Institut Claudius Regaud
http://www.claudiusregaud.fr

ILE DE FRANCE
(7) Paris
Institut Curie
http://www.curie.fr
(8) Saint-Cloud
Hôpital René Huguenin
http://www.centrerenehuguenin.fr
(9) Villejuif
Institut Gustave Roussy
http://www.igr.fr

NORD-OUEST
(10) Caen
Centre François Baclesse
http://www.baclesse.fr
(11) Lille
Centre Oscar Lambret
http://www.centreoscarlambret.fr
(12) Rouen
Centre Henri Becquerel
http://www.centre-henri-becquerel.fr

NORD-EST
(13) Dijon
Centre Georges-François Leclerc
http://www.cgfl.fr
(14) Nancy
Centre Alexis Vautrin
http://www.alexisvautrin.fr
(15) Reims
Institut Jean Godinot
http://www.institutjeangodinot.fr
(16) Strarbourg
Centre Paul Strauss
http://www.centre-paul-strauss.fr

PACA
(17) Marseille
Institut Paoli Calmettes
http://www.institutpaolicalmettes.fr
(18) Nice
Centre Antoine LMacassagne
http://www.centreantoinelacassagne.org

LARA (Lyon, Auvergne, Rhône-Alpes)
(19) Clermond-Ferrand
Centre Jean Perrin
http://www.cjp.fr
(20) Lyon
Centre Léon Bérard
http://www.centreleonberard.com

Glossaire des abréviations

 AAH : Allocation Adulte Handicapé.
AAS : Annuaire des Associations de Santé.
ACS : Aide à l’acquisition d’une Complémentaire Santé.
AFSSAPS : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé.
ALD : Affection de Longue Durée.
AMC : Assurance Maladie Complémentaire.
AME : Aide Médicale d’Etat.
AMM : Autorisation de Mise sur le Marché.
AMO : Assurance Maladie Obligatoire.
ANSES : Agence Nationale de Sécurité Sanitaire.
AP-AH : Assistance Publique-Hôpitaux de Paris.
APA : Allocation Personnalisée d’Autonomie.
ARS : Agence Régionale de Santé.
ASIP : Agence des Systèmes d’Information partagés.
ASMR : Amélioration du Service Médical Rendu.
ATAP : Arrêt Temporaire des Activités Professionnelles.
CDAPH : Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées.
CDCPH : Conseil Départemental des Personnes Handicapées.
CHR : Centre Hospitalier Régional.
CHSCT : Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail.
CHT : Communautaire Hospitalière de Territoire.
CHU : Centre Hospitalier Universitaire.
CISS : Collectif Inter-associatif sur la Santé.
CLAN : Comité de Liaison Alimentation Nutrition.
CLCC : Centre de Lutte Contre le Cancer.  Voir liste
CLIN : Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales.
CLUD : Comité de Lutte contre la Douleur.
CME : Commission Médicale d’Etablissement.
CMU : Couverture Maladie Universelle (de base).
CMU-C : Couverture Maladie Universelle Complémentaire.
CNAMTS: Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés.
CNIL : Commission Nationale Informatique et Libertés.
CNQCS : Comité National de la Qualité et de la Coordination des Soins.
CNS : Conférence Nationale de Santé.
CNSA : Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie.
CPAM : Caisse Primaire d’Assurance Maladie.
CRCI : Commission Régionale de Conciliation et d’Indemnisation.
CRSA : Conférence(s) Régionale(s) de la Santé et de l’Autonomie. (Anciennement CRS).
CRUQPC: Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de Prise en Charge.
CS ARS : Conseils de Surveillance des Agences Régionales de Santé.
CS ES : Conseils de Surveillance des Etablissements de Santé.
CSH : Conseil Supérieur des Hôpitaux.
CSP : Code de la Santé Publique.
CSS : Code de la Sécurité Sociale.
CT : Conférence(s) de Territoire.
CTE : Comité Technique d’Etablissement.
DDASS : Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales.
DDCS : Direction Départementale de la Cohésion Sociale.
DGARS : Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé.
DGS : Direction Générale de la Santé.
DMP : Dossier Médical Personnel.
DP : Dossier Pharmaceutique.
DRASS : Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales.
ES : Etablissement de Santé.
ETP : Education Thérapeutique de Patient.
FAG : Forfait Annuel Global.
FAU : Forfait Annuel d’Urgence.
FEHAP : Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne.
FHF : Fédération Hospitalière de France.
FHP : Fédération d’Hospitalisation Privée.
HAD : Hospitalisation à Domicile.
HALDE : Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité.
HAS : Haute Autorité de Santé.
HPST : Réforme de l’Hôpital relative aux Patients, à la Santé et aux Territoire.
IJ : Indemnité Journalière.
INCa : Institut National contre le Cancer.
INPES : Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé.
INSERM : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale.
INVS : Institut de Veille Sanitaire.
ITT : Interruption Temporaire de Travail.
JO : Journal Officiel.
LFSS : Loi de Financement de la Sécurité Sociale.
LNCC : Ligue Nationale Contre le Cancer.
MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées.
MRS : Mission Régionale de Santé.
MSP : Maison de Santé Pluridisciplinaire.
NGAP : Nomenclature Générale des Actes Professionnels.
OMS : Organisation Mondiale de la Santé.
PCH : Prestation de Compensation du Handicap.
PH : Praticien Hospitalier.
PLFSS : Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale.
PRS : Projet Régional de Santé.
PRSP : Plan Régional de Santé Publique.
PS : Professionnel(s) de Santé.
RU : Représentant des Usagers.
SAMU : Service d’Aide Médicale Urgente.
SAU : Service d’Accueil des Urgences.
SSR : Soins de Suite et de Réadaptation.
UCSA : Unité de Consultation et de Soins Ambulatoires.
UNCAM : Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie.
URCAM : Union Régionale des Caisses d’Assurance Maladie.
VADS : Voies Aéro-Digestives Supérieures (Bouche, nez, pharynx, larynx)

Previous Older Entries